L’aide française en matière de santé dans les pays en développement

Le ministre auprès du ministre d’Etat, ministre des affaires étrangères et européennes, chargé de la coopération, a présenté une communication relative à l’aide française en matière de santé dans les pays en développement.

La France consacre près d’un milliard d’euros par an à cette action. Les populations des pays en développement sont particulièrement touchées par les grandes pandémies que sont le sida, la tuberculose et le paludisme. La faiblesse de leurs systèmes de santé les rend aussi très vulnérables à des maladies non transmissibles comme le cancer ou le diabète. L’amélioration des conditions sanitaires des pays en développement est une condition essentielle pour qu’ils puissent connaître une croissance économique durable.

L’action de la France répond d’abord à un impératif de solidarité au profit des populations les plus défavorisées. Elle contribue aussi à la stabilité de certaines régions confrontées à des défis sanitaires ou démographiques considérables.

La France est l’un des principaux contributeurs au fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. Il s’agit d’un instrument irremplaçable qui doit être préservé, avec une gouvernance renforcée.

Par ailleurs, des expériences réussies de financements innovants ont été menées à bien dans le domaine de la santé, comme la taxe sur les billets d’avion au profit des malades du sida dans les pays en développement. Les financements innovants et le socle universel de protection sociale figurent parmi les sujets que la France a portés lors de sa présidence du G20, car ils contribueront à une mondialisation mieux régulée et plus humaine.

Dernière modification : 05/01/2012

Haut de page